L’artère en histoire

L’Église Saint-Esprit-de-Rosemont

Considérée par certains comme étant le seul lieu de culte de style Art déco à Montréal, l’Église Saint-Esprit-de-Rosemont se dresse fièrement en plein cœur de La Promenade Masson. Située entre la 5et la 6e Avenues, elle s’est imprégnée dans le quotidien des résidents, marchands et visiteurs qui la côtoient depuis maintenant 85 ans.

La paroisse Sainte-Philomène vît le jour en 1905, alors que prenait tranquillement forme le village de Rosemont. L’année suivante, une école-chapelle du même nom fut construite à proximité de la rue Masson, une première pour le quartier.  Les années 1921 et 1922 marquèrent la construction d’un soubassement, en remplacement de la première chapelle.

C’est au cours des années 1931 à 1933 que l’Église Saint-Esprit-de-Rosemont, autrefois nommée Église Sainte-Philomène, fut construite. L’architecte en charge de la construction, Joseph E.C. Daoust, profita de l’occasion pour installer quatre lampadaires de style Art déco à l’avant du bâtiment. Treize ans après l’inauguration de l’Église, son clocher qui formait alors une flèche, fut retiré. On craignait à l’époque qu’il ne tombe, dû aux nombreux dynamitages qui avaient lieu dans les carrières avoisinantes, l’une d’entre elles se situait d’ailleurs sur le site du présent Parc du Pélican. C’est finalement en 1964 que le cardinal Paul-Émile Léger procéda officiellement au changement du nom de l’établissement pour celui qu’il porte aujourd’hui.

Anecdotes

  • Lors de la crise du verglas de 1998, l’Église s’est fait volé un de ses lampadaires. Un autre a du être retiré puisqu’il était recouvert de rouille.

« Il penchait tellement sous le poids de la glace que le curé de l’époque l’a fait coucher par terre pour ne pas qu’il tombe et blesse des gens. Le curé de la paroisse St-Esprit, Pierre Rivard, s’est fait raconter l’histoire par son prédécesseur. « Une journée, en plein jour, un camion a reculé et des hommes ont embarqué le lampadaire. Ils sont partis avec! Il y a des gens qui ont eu la présence d’esprit de prendre le numéro de plaque.» dit M. Rivard. Les policiers ont pu retrouver le véhicule mais il était trop tard. Le lampadaire avait déjà disparu. « On n’a jamais pu le récupérer», regrette le curé.» (Mémoire de Rosemont, ruemasson.com)

  • Les vitraux de l’Église sont une réalisation du maître-verrier Guido Nincheri (1885-1973).
  • L’Église possède un orgue Casavant Opus 1470, datant de 1932. Il s’agit d’un orgue romantique de 46 jeux à 3 claviers et pédalier.
  • Le territoire sur lequel se trouve l’Église Saint-Esprit-de-Rosemont, le presbytère et quelques bâtiments commerciaux, a été désigné Site du Patrimoine en 1991.

 

Pour une visite virtuelle c’est par ici

En collaboration avec la Société d’histoire Rosemont-Petite-Patrie

 

 

 

Sources :

Grand répertoire du patrimoine bâti de Montréal    http://patrimoine.ville.montreal.qc.ca/

Benoit, Michèle et Roger Gratton  Pignon sur rue , cahier no 11, Montréal, Guérin, 1991

Nadeau, Gaétan  Angus du grand capital à l’économie sociale, Montréal, Fides 2009 p. 55-60

 

Leave a Reply